Partager
Affiche les résultats de 1 à 8 sur 8

Sujet : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

  1. #1
    Inscrit
    November 2010
    Lieu
    ALGER
    Messages
    57
    Remerciements
    53
    Remercié(e) 19 fois dans 11 messages
    Pouvoir de réputation
    4

    Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    Les étudiantes se vendent pour quelques dinars de plus
    Elles sont faciles à repérer, souvent, avec une tenue qui attire l’attention et provocante, en plus d’un maquillage parfois offensant. Le plus souvent, elles se regroupent par deux, voire trois dans un coin à l’extérieur ou à même la porte de la résidence universitaire –Filles- où elles résident. Tout ce cirque, dans l’attente que son pigeon qu’elle a débusqué la journée d’avant ou la soirée même, vienne la prendre en voiture. Un tour de voiture, une addition assez cher payée dans un restaurant souvent habituel, quelques minutes de plaisir à un prix assez fort et c’est le retour vers la cité U. Pour dire que c’est la même activité qui se répète quotidiennement, mis à part les nouvelles têtes (Pigeons, comme elles les appellent) qui arrivent.

    Elles sont nombreuses, pour ne pas dire partout, dans toutes les résidences universitaires, emplacement autour duquel nous allons concentrer notre sujet.

    Histoire de la prostitution

    Dans l’antiquité, au sein des sociétés primitives, l’hospitalité sexuelle était pratiquée de façon ordinaire, c’est-à-dire qu’il était fréquent d’offrir sa femme ou sa fille à l’invité que l’on accueillait dans sa maison. Cette pratique s’est transformée d’hospitalité sexuelle en prostitution sacrée. Les femmes se rendaient, dans cette époque là, au temple une fois dans leur vie pour offrir leur corps à une personne pauvre. Ce geste s’exerçait dans le principe du sacrifice, « l’offrande allait aux divinités ». Progressivement et avec les développements divers qu’ont connus les sociétés, la prostitution devient un phénomène social. Connu comme étant « le plus vieux métier du monde », bien que stipulé par l’empereur Justinien durant son règne sur l’empire byzantin comme activité interdite, et que toute personne la pratiquant était punie. L’on trouvera, entre autres, qu’au début du moyen âge occidental, les différentes tribus germaniques croyaient que la prostitution représentait une malédiction à éradiquer. Les proxénètes étaient jugés sévèrement. Ce n’est qu’avec le « code Alaric » qu’a réellement débuté la persécution des prostituées, étant donné que ce code prévoyait que les femmes aussi étaient coupables que les proxénètes et justifiables de fouets. Du XIe au XVe siècle, dès les premières croisades, soit de 1096 à 1099, les prostituées suivaient les troupes des croisés. Pendant la huitième croisade menée par Saint-Louis, l’Etat dut payer un salaire à environ 13 000 prostituées afin d’encourager les troupes à poursuivre la guerre sainte. Pendant l’époque où Louis IX régna, soit de 1226 à 1270, la politique face à la prostitution a changé, passant de la prohibition à la tolérance. Il menaça d’expulsion toute personne pratiquant la prostitution occasionnellement ou comme métier. C’est là que commença une dure répression, et la prostitution clandestine remplaça les maisons de débauche ouvertes à tous. Mais les plaintes furent nombreuses et sa politique se trouva devant l’échec : il était impossible de mettre fin à un phénomène si courant. De suite, il fut donc décidé de focaliser la prostitution dans certains quartiers, à l’écart des maisons de bonne famille et ouvrit aussi les portes d’un centre de réadaptation. De nos jours, ce métier est considéré comme délit. Ceci dit, les personnes prostituées et proxénètes, selon la loi, sont considérées comme délinquantes et passibles de poursuites. Cependant, bien que la prostituée soit méprisée, elle est pardonnée même si son pêché est considéré comme plus grave que celui de l’homme. Les différents fléaux sociaux pardonnent cette pratique, en dépit du fait que la prostitution rurale, dans les grandes métropoles, est florissante et rapporte énormément d’argent, à la fois pour ces filles prostituées et pour les réseaux qu’elles intègrent. Le but étant, toutefois, de gagner quelques sous.

    Exemples dans la réalité

    Toutefois, nous voulons nous concentrer plus sur « les étudiantes » qui prennent ce métier à cœur et en font un quotidien, un gagne pain. Une d’entre elles, qui se prostitue, le soir venu, pour avoir quelque dinars à dépenser le lendemain, a bien voulu nous parler de son histoire, après s’être assurée de notre personne et de notre objectif. Son regard bleu et éclatant donne l’impression que cette jeune étudiante d’à peine 21 ans, voudrait vider tout ce fardeau qu’elle semble porter sur le cœur. Elle nous révèle que son moral est rarement bon, souvent sous pression. Elle est pessimiste, ayant du mal à se concentrer et, comme le veut son âge, désire vivre mieux que dans une résidence universitaire. Pouvoir ainsi prospérer de l’avant après avoir réuni une certaine somme d’argent. Le tout dans le but de s’installer et de se convertir à la vie normale. Bien que motivée et forte, avons-nous remarqué, elle a souvent envie de verser quelques larmes pour apaiser ses tourments de jeune fille voulant assumer son indépendance, et inquiète et nerveuse, la cigarette au bouts des doigts, elle se fait des reproches et ne cesse de se sentir abattue et désespérée dès que son regard se retrouve face à la pensée de l’avenir qui flirte avec son esprit à chaque tombée de la nuit, avons-nous constaté. Son prénom est Farida (notre témoin), étudiante en psychologie à la faculté de Bouzaréah, jeune, de taille mince et d’un visage à apprécier à longueur de temps. Elle nous dira : « Je me suis retrouvée à l’université et les moyens financiers faisaient défaut. Par la suite, j’ai connu une fille à la fac, elle m’invitait souvent à passer la soirée avec elle et son copain. C’est avec le temps, que je me suis retrouvée dans un tournant abominable. Après avoir pris des tournures différentes, je me suis laissée initier à ce métier et ça dure depuis une année déjà. En fait, c’est une question de survie, je n’ai pas d’autres moyens pour avoir de l’argent. »

  2. Les membres suivants ont remercié Lilya pour cet excellent message :


  3. # ADS
    Inscrit
    Toujours
    Lieu
    Monde des annonces
    Messages
    Plusieurs
     
  4. #2
    Inscrit
    November 2010
    Lieu
    ALGER
    Messages
    57
    Remerciements
    53
    Remercié(e) 19 fois dans 11 messages
    Pouvoir de réputation
    4

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    Durant notre discussion, elle nous confiera : « Vous savez, je ne suis pas seule, il y a beaucoup d’autres adeptes ou accros à ce métier si vous voulez ! On peut même les compter une par une, que ce soit ici ou dans d’autres résidences. »

    Elles sont nombreuses, dans toutes les cités universitaires de jeunes filles de l’université d’Alger, et sans doute ailleurs encore dans les autres campus du pays. A Dély Brahim, à Ben-aknoun, dans les Asphodèles, dans les résidences de Bab Ezzouar, passant par Dergana arrivant jusqu’à Ouled Fayet, ce ne sont pas les exemples et témoignages qui manquent. Le constat, décevant, est le même. Les raisons sont les mêmes ; besoin d’argent, envie de se faire plaisir pour certaines, tandis que pour d’autres, l’envie de se défouler et par-dessus tout « se changer d’air ». Cela dépend d’une nécessité de survie à chaque jour que dieu fait. Notamment, les filles venues étudier dans la capitale, et qui se retrouvent face à une relative liberté , ne sachant pas s’y accommoder ou s’y habituer, elles virent vers la débauche, et comme, tout bonnement, l’unique issue pour mieux connaître les endroits sombres de la ville, entre autres, bars, restaurants, cabarets et boites de nuit, pour conclure ; éviter le chômage loin des parents et de la famille, tutelle, le plus vieux métier du monde est à la portée de toutes. Nul besoin d’expérience ou d’aptitudes quelconques, seule un geste suffit, un sourire et c’est « le commencement de l’infini ». Outre, l’orientation vers une tournure dont personne n’exclue les conséquences qui restent à craindre pour la plupart de ces « prostituées le soir et étudiantes la journée d’après ».

    Une autre étudiante à coté de la porte d’entrée de la résidence des Asphodèles, à Ben-aknoun, attendant son « pigeon », habillée légèrement et dont le nombril et la moitié du ventre se voyaient, monte dans la première voiture qui s’arrête. Le temps de quelques mots et le tour est joué. Ladite étudiante, poursuivant ses études à la faculté centrale d’Alger-centre, semble prendre goût à cette pratique. Quelques quarante minutes après, la voila qui redescend du même véhicule après avoir fait un tour, Dieu sait de quel alinéa ! Même scène à chaque tombée de la nuit. Pas question de dîner à l’intérieur de la résidence : un meilleur repas attend à l’extérieur. Un tour de baguette, la soirée est finie et le portefeuille assez bien rempli.

    Nous avions tenté d’aborder cette personne mais le refus était tel que nous abandonnâmes. Elles sont bien nombreuses à commercialiser leur corps, mais peu à oser se confier. La majorité de celles que nous avons rencontrées sont unanimes « Nous avons été pris dans un tourbillon de folie et d’inconscience au début et là, nous ne pouvons plus reculer, c’est la seule chose que nous pouvons faire pour répondre à nos besoins ». « Voyez-vous, les besoins des femmes sont beaucoup plus nombreux que ceux de la gent masculine, alors nous essayons de faire avec les moyens du bord » annonce Selma, âgée d’à peine 20 ans, venue de l’Ouest du pays et résidente à la cité de Ouled fayet. D’autres, préférant la discrétion, choisissent les moyens de la technologie, en l’occurrence, les portables, pour ne pas s’afficher en plein public. Elles préfèrent, grâce au cellulaire, donner rendez-vous à leurs pigeons à quelques mètres loin de la résidence pour ainsi perpétrer cette tendance qui est de « se vendre au plus offrant ». Certaines portent le voile, d’autres non, mais n’hésitent pas à joindre tous les moyens pour gagner la croûte d’un quotidien assez dur. Abordée par nous , une troisième étudiante se confessera. En quatrième année à la faculté de Bouzaréah, elle réside à la cité de Dély Brahim. Son âge ne doit pas dépasser les 24 ans. A notre question de savoir comment elle consoit cette forme de gagne pain facile, elle nous dira « Cela fait quatre ans que je poursuis mes études sur Alger. Mes premières années étaient difficiles du coté financier ». Et d’ajouter « Depuis quelques temps déjà, j’ai rencontré un jeune qui possède un commerce d’habillement sur Alger-centre. J’y vais m’approvisionner en argent à chaque fois que j’en ai besoin » C’est là une façon de se fournir également en vêtement, nous précise-t-elle. « D’ailleurs, nous précisera-elle, cela me permet d’être loin du besoin ». La solution est là encore très simple, il lui suffit de se vendre. Sabrina, tel est son prénom, nous confiera qu’entre autres, elle ne se contente pas de ce copain commerçant, mais qu’elle fréquente d’autres aussi. Contrairement aux autres filles qui se prostituent à ciel ouvert, celle-la semble exercer dans l’ombre. En effet, il suffirait d’un coup de téléphone, nous explique-t-elle, pour qu’elle se déplace dans les boutiques de ses copains. Ayant tenu à comprendre un peu plu les raisons de ce détoure, elle ajoutera que « pour moi c’est purement par besoin financier. Je n’arrive pas à me satisfaire alors j’ai besoin d’encore plus d’argent pour vivre tranquille dans le campus universitaire ». Elle affirmera également que « le problème n’est par lié à sa famille mais bien au contraire, elle est en bonne situation financière. Ce n’est tout simplement qu’un vice » La clientèle est tamisée Abordant, le sujet des pigeons, il est remarqué que la clientèle de gent masculine est de tous âges confondus. Certains dépassant la quarantaine, d’autre la soixantaine et d’autres jeunes. L’une des filles, nous dira qu’elle préfère que « son client » soit d’un âge assez mûr, sans pour autant faire la différence entre eux, du moment que le portefeuille n’est pas vide. Mais toujours est-il qu’ils sont plus sociables, allant jusqu’à ne pas mettre de restriction en matière de dépense, nous confirmera-t-elle. Contrairement aux étudiants, qui ne peuvent pas être admis dans la liste de celles-ci, vu leur situation désolante. En l’occurrence, le manque d’argent, le peu de moyens et du fait d’être fauchés à longueur de temps. Chose certaine, pas question de tremper avec un étudiant, quelle que soit sa situation, a-t-on conclu. « La clientèle est bien triée en tout cas, soyez-en certains » soutiendra Farida. Pour sa part, les prix varient de 600 da à plus de 2000 da la soirée. D’après nos témoins, cela dépend du client. C’est-à-dire, une façon de fidéliser ces pigeons, allant ainsi du plus habitué à l’amateur. Elles affirment par ailleurs, qu’elles peuvent, pour certains clients, faire monter les prix à leur choix. C’est un commerce qui s’est proliféré et qui continue de rapporter pour ses jeunes étudiantes destinées à fonder des familles et à occuper, sans nul doute, des postes assez importants vu les études qu’elles auraient faites.

  5. #3
    Inscrit
    November 2010
    Lieu
    ALGER
    Messages
    57
    Remerciements
    53
    Remercié(e) 19 fois dans 11 messages
    Pouvoir de réputation
    4

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    D’autres choisissent de travailler honnêtement En dépit de tout, bien que la vie dans les résidences universitaires d’Alger n’est pas simple. Chose que confirme l’ensemble des étudiants et étudiantes. On remarque que d’autres filles plus sincères, choisissent d’aller travailler quelques jours, au courant de la semaine, comme serveuses, hôtesses, standardistes ou tout simplement ailleurs, dans d’autres postes afin de gagner leur vie honnêtement. Elles sont bon nombre à travailler pour assurer leur indépendance financière. La situation est telle qu’on n’arrive plus à distinguer les bonnes des mauvaises. Comme quoi, il ne faut pas mettre tous les œufs dans le même panier. Mais la réalité est tout autre cas de figure, car faut-il d’une tomate périmée pour (infecter) contaminer le reste. Saida, étudiante en troisième année science de l’information, confie qu’elle travaille l’après midi comme serveuse pour répondre à ses besoins. « Je travaille depuis quelques mois chez Quick et j’essais de ne pas mélanger le boulot et les études » précise-t-elle. Lynda pour sa part, étudiante en sciences commerciales, s’est trouvé un poste comme déléguée commerciale. Elle nous dira à ce sujet « J’ai du me casser la tête pour trouver ce poste. Je travaille depuis deux mois déjà et j’arrive à m’en sortir bien que ce soit difficile ». D’autres témoignages viennent encore pour soutenir que la vie d’étudiant n’est pas un jeu de dominos. Pour dire que tout les moyens sont bons, en fin de compte, pour préparer son avenir.

    Ce qu’en pensent les psychologues

    A cet état de fait, contactée par Midi Libre, une psychologue, expliquant mieux le sujet, nous dira que la prostitution, acte par lequel une personne consent habituellement à pratiquer des rapports sexuels avec un nombre indéterminé d’autres personnes moyennant rémunération, est le plus vieux métier du monde. Ce qui, soutient-elle, ne fait plus de lui un phénomène sociétal récent. Elle ajoutera que « considérée différemment par les sociétés selon leur contexte socioculturel, chez nous cette activité antique relève encore du tabou de par le caractère réservé et conservateur de notre contexte, ce qui empêche la conception d’une idée profonde sur le sujet ». « Aujourd’hui, face à l’expansion de ce phénomène en milieu estudiantin algérien, le temps est à se questionner sur ce qui pousse des jeunes étudiantes à se prostituer. L’analyse de la prostitution dans notre société débouche illico sur un bon nombre de sujet les uns plus épineux que les autres et qui la sous-tendent inéluctablement » nous assurera-t-elle. Dans le même contexte, elle affirmera qu’une combinaison de facteurs explique certes l’entrée dans la prostitution, dont nous trouverons une multitude de causes telle que la perte de repères, poids de la frustration dans une culture basée sur l’interdit moral, religieux et social, le manque de communication au sein de la cellule familiale, défaillance de l’éducation sexuelle, conditions socioéconomique et familiales déplorables, obligation de subvenir à ses besoins à sa sortie de la maison et de faire preuve d’autonomie, relations sexuelles précoces ou des éventuels traumatismes sexuels intrafamiliaux ou autre sont autant de motifs qui anticipent l’entrée dans l’univers de la prostitution ». La frustration qui découle d’une éducation rigide fondée sur le silence, les non-dits et la répression fait que certaines personnes, se trouvant enfin en liberté loin de la pression familiale et inconscientes des dangers qu’elles encourent, livrées à elles-mêmes. « C’est à l’abri de la tyrannie masculine des siens, qu’elles n’hésitent pas à aller à la découverte du monde et notamment de la sexualité et de leur corps, domaine encore inconnu et tabou ». « Certes, gagner de l’argent n’est peut être pas l’idée de départ de ces individus, mais après, appelés à venir à bout de leurs besoins, certaines choisissent de faire commerce de leur chair ». Les origines socioéconomiques et familiales expliquent aisément chez quelques catins le passage vers ce monde. Seulement, les motifs varient souvent selon l’histoire personnelle de la personne, nous dira notre source. La prostitution reste un problème multifactoriel nourri par une série de facteurs dont les conditions de vie miséreuses qui poussent un grand nombre de personnes à en faire de la prostitution leur gagne-pain. « La prostitution féminine et celle masculine connaissent un accroissement chez nous. Pour cause, nous nous attardons plus à émettre des jugements de valeurs sur ce type d’activités au lieu de nous pencher sérieusement sur l’étude de la prostitution, l’exploration des vraies causes qui la sous-tendent et le vécu de ces personnes qui adopte ce métier ».Elle appuiera, par ailleurs que « des recherches psychosociales portant sur le sujet seront d’un grand salut, car notre société fidèle à sa devise « entretenir le silence » contribue largement dans la méconnaissance de nombreux thèmes important, mais jugés interdits ». « L’éducation sexuelle précoce de la population, l’initiation de campagne de sensibilisation sur les voies de protection des rapports sexuels, sur les risques encourus en cas de contact non protégés, restent des mesures indispensable afin de minimiser les dégâts de l’ignorance »
    un autre sujet tabou dans notre société algérienne ,Quand pensez vous ?! Partagez avec nous vos sentiments, vos réactions vos témoignages.
    Merci.

  6. [Les 2 membres suivants remercient Lilya pour cet excellent message :


  7. #4
    Inscrit
    October 2010
    Messages
    125
    Remerciements
    71
    Remercié(e) 48 fois dans 32 messages
    Pouvoir de réputation
    4

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    j ai un enregistrement video ou un deputé lors de son intervention a l APN tirait a bout portant sur le gouvernement concernant beaucoup de sujets et parmis ce qu il avait dit ce jour la " qu attendez vous de nos etudiants avec une bourse minable..vous voulez qu ils ayent voler ?? "

  8. [Les 2 membres suivants remercient sicele5 pour cet excellent message :


  9. #5
    Inscrit
    September 2010
    Messages
    115
    Remerciements
    53
    Remercié(e) 32 fois dans 26 messages
    Pouvoir de réputation
    4

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    rolala le vieux cliché de la pauvre étudiante qui se prostitue manque d'argent !!

    c'est plus une question de convictions personnelles ...

  10. Les membres suivants ont remercié HiPh0Plover pour cet excellent message :


  11. #6
    Inscrit
    September 2010
    Lieu
    Constantine
    Messages
    149
    Remerciements
    44
    Remercié(e) 72 fois dans 47 messages
    Pouvoir de réputation
    4

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    parfois en dit "dorof" mais dans un truck pareil je suis d'accord avec HiPh0Plover c'est une question de conviction personnelles

  12. Les membres suivants ont remercié malone pour cet excellent message :


  13. #7
    Inscrit
    September 2010
    Lieu
    Halo
    Messages
    3 752
    Remerciements
    2 579
    Remercié(e) 1 710 fois dans 1 000 messages
    Pouvoir de réputation
    10

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    C'est un cliché !

    ...En fait, c’est une question de survie, je n’ai pas d’autres moyens pour avoir de l’argent...
    Non pas du tout; ce n'est que pure hypocrisie, c'est un choix de vie dont elles se refusent à assumer !
    Cosmos S, Alimentation Cooler Master UCP 1100Watts, Carte Mere Rampage III Extreme X58, CPU I7 930 oc 4GHZ, Ventilo V8, Corsair GT 2133MHZ 3x2Go, SSD OCZ Vertex 2 120Go+Seagate Barracuda 2To+VelociRaptor 300Go+Samsung 1To+Western Digital Caviar Green 1To, SLI 460GTX Hawk, Kit Nvidia 3DVision, SyncMaster 2233, Pack G19-G9x-G930-G13, Webcam Logitech Fusion

  14. #8
    Inscrit
    September 2010
    Lieu
    Tatooine
    Messages
    2 435
    Remerciements
    2 165
    Remercié(e) 1 618 fois dans 783 messages
    Pouvoir de réputation
    10

    Re : Prostitution dans la sphère universitaire en Algérie

    il y a des personnalités sensibles et fragiles qui succombent aux désir de l'argent facile on ne peut pas le nier, cela existe bel et bien,l'être humain et faible mais bon c'est malheureux d'en arriver là peu importe les raisons.
    Que la force soit avec toi



Sujets similaires

  1. L’Algérie dans le Top 20 mondial
    Par Essedik dans le forum Discussions Libres
    Réponses: 1
    Dernier message: 08/11/2012, 19h02
  2. L’Algérie, 104e dans le développement des TIC !!!
    Par Hicham dans le forum Fournisseurs d'accès à Internet
    Réponses: 0
    Dernier message: 16/10/2012, 10h44
  3. Salaires dans le domaine des TIC en Algérie
    Par amintheone dans le forum Discussions Libres
    Réponses: 12
    Dernier message: 04/07/2012, 06h15
  4. La prostitution en Algérie
    Par Maverick dans le forum Vidéos
    Réponses: 5
    Dernier message: 01/10/2011, 18h15
  5. Réponses: 4
    Dernier message: 11/11/2010, 11h20

Tags pour ce sujet

Règles des messages

  • Vous ne pouvez pas créer de sujets
  • Vous ne pouvez pas répondre aux sujets
  • Vous ne pouvez pas importer de fichiers joints
  • Vous ne pouvez pas modifier vos messages
  •  
  • Les BB codes sont Activés
  • Les Smileys sont Activés
  • Le BB code [IMG] est Activé
  • Le code [VIDEO] est Activé
  • Le code HTML est Désactivé


[ONlyInAlgeria] - [Site DZ de petites annonces] - [Forum Algérie] - [Annaba] - [Algerie News] - [Hébergement Algérie]- [Presse algerie] - [DZSAT] - [E-Algérie 2013] - [Annuaire pro DZ] - [Actualité Algérie] - [Immobilier DZ] - [Fennec-Dz] - [Algérie-Net] - [Mon PR-live] - [Actualité Et Médias Internet] - [Annonce gratuite] - [Annuaire algérien] - [Site DZ d'hébergement web] - [Site de Tchat DZ] - [Magazine high-tech DZ] - [Mon IP] - [Référencement] -[Ref gratuit] [referencement site web] - [Lissage Brésilien] - [Franchise québec] - [Annuaire généraliste : Soumission Gratuite] - [Logiciel de Gestion] - [Conception Site Web] - [Solution Informatique] - [Annuaire généraliste Européen]