Le géant de Redmond met à disposition des développeurs divers outils qui permettent d’optimiser le fonctionnement des logiciels qui tournent sous Windows. Les développeurs de Google en ont adopté un pour rendre Chrome encore plus rapide. Pas facile pour Edge.

Vous ne vous en êtes peut-être pas rendu compte, mais Chrome est bien plus rapide depuis le lancement de sa version 53 sur Windows. Pour être plus précis, les pages ouvertes dans un nouvel onglet se chargent 14,8% plus vite, tandis qu’une nouvelle page se charge 5,9% plus vite et que le temps de lancement du navigateur est lui 16,8% plus court… Une avalanche de pourcentages qui se traduisent par quelques secondes glanées de-ci delà.

Et ce gain significatif n’est pas rendu possible grâce à une nouvelle technologie de Google.

Merci Microsoft…

Un bref post mis en ligne sur le site officiel de Chromium explique en effet que les développeurs du navigateur de Google utilisent un outil de Microsoft, appelé PGO, pour Profile Guided Optimization, afin d’améliorer les performances de leur logiciel. Sans entrer dans le détail, PGO permet d’identifier les fonctions les plus fréquemment appelées dans un programme.

« Chrome est un projet logiciel énorme qui contient plus d’un million de fonctions dans son code source », explique Sébastien Marchand, développeur pour Google, spécialisé dans l’optimisation de ce produit depuis 2012 – et même un peu avant à en croire sa page LinkedIn. « Mais toutes les fonctions ne sont pas égales – certaines sont invoquées fréquemment, tandis que d’autres sont rarement utilisées. PGO utilise les données de l’environnement d’exécution pour déterminer quelles fonctions sont les plus communes pour guider l’optimisation », continue-t-il.

L’outil de Microsoft permet donc de voir comment les utilisateurs se servent du navigateur pour ensuite recompiler l’application en se concentrant sur certains points précis. Les fonctions très utilisées s’exécutent ainsi plus rapidement. Pour faire simple, PGO facilite l’accès aux ressources mémoires et processeurs des fonctions importantes et limitent ce même accès aux autres.

Il était temps ?

Si on ne peut qu’applaudir des deux mains l’optimisation de Chrome pour Windows, aussi bien en 32 bit (Chrome 54) qu’en 64 bit (Chrome 53), on peut en revanche s’étonner que les équipes de Google n’aient pas décidé d’utiliser PGO plus tôt. Cette fonction de Visual Studio n’est en effet pas vraiment nouvelle. On imagine qu’il y a une bonne raison à tout cela, évidemment.

En tout cas ces gains de performances ne devraient pas faciliter la montée en puissance de Edge, le nouveau navigateur de Microsoft, intégré à Windows 10. Avec environ 5,16%, il prend son temps pour s’imposer, tandis que Chrome, toutes versions confondues également, dépasse les 52% de parts de marché selon Netmarket Share.

Source: 01net.com