Selon une étude d’Akamai, le débit Internet moyen est en hausse de 26% à l’échelle mondiale. Avec évidemment de fortes disparités géographiques… et un retard maintenant inquiétant de la France, qui décroche loin des grands pays industrialisés.

Cela fait 10 ans que l’opérateur Akamai, spécialiste du CDN, publie son rapport sur « l’État des lieux d’Internet ». Cette étude solide permet de voir comment évolue Internet sur une période longue, et de discerner les tendances de fond.

Pour David Belson, rédacteur de ce rapport, « Les vitesses de connexion Internet continuent d’afficher des tendances positives à long terme partout dans le monde, avec des hausses d’une année sur l’autre particulièrement importantes de tous les indicateurs d’adoption du haut débit. En 2008, lors de la publication du tout premier rapport d’Akamai, nous avions défini le « très haut débit » à 5 Mbit/s et plus. Celui-ci se trouvait, il y a neuf ans, à un taux d’adoption de 16 % dans le monde. On constate aujourd’hui que le taux d’adoption du débit de 15 Mb/s est de 25 % à l’échelle mondiale. »

Regardons de plus près ce qu’il en est, tant sur le plan mondial qu'à l'échelle de notre continent.

Dans le monde : Scandinavie et Asie en tête

Le classement des pays du monde où l’Internet est le plus rapide n’a pas connu de changement important, et ce sont toujours les pays d’Asie et de Scandinavie qui s’y taillent la part du lion. En effet, le Top 10 comprend 6 pays européens et 4 pays asiatiques. Le trio de tête se compose de la Corée du Sud suivie par la Norvège et la Suède, où les débits moyens dépassent 22 Mb/s. Viennent ensuite Hong-Kong, la Suisse, le Danemark et la Finlande, puis Singapour, le Japon. Les Pays-bas, en 10ème position, ont un débit moyen proche de 18 Mb/s :



On notera que le débit moyen mondial, tous pays confondus, se situe désormais à 7 Mb/s, en progression de 26% sur un an.

La France se situe à la 52ème place mondiale, ce qui n’est franchement pas glorieux, avec un débit moyen de "seulement" 10 Mb/s !

En Europe : la France est à la traîne

Comme on l’a vu, la Scandinavie domine largement un classement européen où la France se traîne en queue de peloton : derrière nous on ne trouve que l’Italie, la Croatie, la Grèce et Chypre. Tous les pays de l’Europe de l’est nous devancent, y compris les pays les moins riches de cette zone : la Roumanie a un débit moyen de 16,1 Mb/s, la Bulgarie de 15,6 Mb/s. Ces deux pays sont pourtant, comme la France, des pays à la géographie variée comprenant des zones de montagne, et ils comptent une forte population rurale…



Clairement, la France est en train de décrocher : le retard pris dans le déploiement de la fibre optique pénalise la disponibilité du très haut débit sur notre territoire, et cela commence à se voir dans les comparaisons internationales.

Consciente de l’importance du très haut débit pour la compétitivité économique de l’Europe, la Commission européenne a décidé la mise en place du Connecting Europe Broadband Fund, un fonds de 500 millions d’euros destiné à aider les pays de l’Union Européenne à offrir un accès universel de 100 Mb/s à tous les foyers et de 1 Gb/s à toutes les entreprises d’ici 2025.

Pour autant, même si demain la « 4G fixe » et après-demain la « 5G fixe » apporteront probablement des solutions pour amener des débits importants dans les zones les moins denses de notre beau pays, il n’est pas certain du tout que cela permettra de combler notre inquiétant retard…

Source: zdnet.fr