Ce jouet, qui s'apparente à une toupie plate que l'on fait tourner entre ses doigts, a fait une irruption en force dans les écoles mais pas seulement vu que ça s'immisce aussi dans les lieux de travail des joueurs grand format. Plusieurs millions d'exemplaires ont déjà été vendus en Europe et aux États-Unis.

L'utilisation du spinner est comparable à celle d'une toupie ou d'un yoyo. On peut y jouer en solo ou à plusieurs. C'est à celui qui le fera tourner le plus longtemps et dans les positions les plus farfelues. «Le spinner permet d'éprouver l'agilité des enfants, leur créativité - car ils inventent des gestes et des façons de jouer -, de se mesurer aux autres mais aussi de partager sur les réseaux sociaux, notamment via des vidéos ou des tutoriels, résume Franck Mathais, porte-parole de JouéClub. Tous les ingrédients du jeu de cour de récré sont réunis».

Ce jouet, dont le prix de départ avoisine les 4 euros, a été conçu il y a une vingtaine d'années par une mère de famille américaine pour distraire et relaxer sa fille de 7 ans, atteinte d'autisme. Remis à l'ordre du jour aux États-Unis début avril lors de la Journée de l'autisme, le spinner a donné lieu à des vidéos sur youtube. En quelques jours, le phénomène était viral et international. Même les adultes s'y mettent pour déstresser. Plusieurs millions d'articles ont déjà été vendus en Europe et aux États-Unis.