Après le FBI, c'est au tour de Google de s'engager dans la traque du malware DNSChanger, qui risque de couper du Net des centaines de milliers d'internautes. La firme de Mountain View va afficher des alertes aux utilisateurs infectés sur les pages de résultats de son moteur de recherche.

Comme il l'a déjà fait l'année dernière pour un précédent malware, Google va alerter les possesseurs d'une machine infectée par DNSChanger en affichant un message au-dessus de ses résultats de recherche. L'objectif est de pousser ces internautes à effectuer les démarches nécessaires pour rendre leur machine viable en vue de la fermeture des serveurs, aujourd'hui gérés par le FBI, qui empêchent les machines contaminées de ne plus avoir accès à certains sites Web.



Car comme son nom l'indique, DNSChanger est un malware qui change les paramètres DNS de la machine qui l'héberge pour rediriger l'internaute vers des sites malveillants, souvent publicitaires. En 2009, le FBI a arrêté les responsables de ce virus, et a remplacé les serveurs pirates par des serveurs sains, pour que les internautes touchés ne soient pas coupés du Net. Néanmoins, ces serveurs seront stoppés le 9 juillet prochain : d'ici là, il faut donc que les internautes touchés fassent le nécessaire pour se défaire du malware.

La démarche pour supprimer DNSChanger est très simple, mais encore faut-il être au courant de la présence du malware sur la machine : Google espère tirer avantage de sa popularité pour aider les utilisateurs de son moteur de recherche à s'informer. Fin avril, le FBI estimait que 350 000 machines étaient encore touchées de par le monde.
Source: http://www.clubic.com/