Joe Sullivan, le responsable de sécurité de Facebook, a récemment déclaré que les conversations de Facebook sont analysées, afin de détecter les propos suspects.



Il semblerait que Facebook analyse les conversations instantanées au cas où il s’y trouveraient des propos suspects. Si propos suspect il y a, le site s’arroge le droit de vous dénoncer à la police.

Pour ce faire, Facebook utilise un algorithme capable de repérer des échanges de type bien précis dans une discussion instantanée comme les propos vulgaires. Les pédophiles sont aussi dans le collimateur du géant social, car dès qu’il y a une discussion entre deux personnes de différence d’âge considérable, elle est automatiquement analysée pour repérer des propos dangereux ou autre menaces.

À noter que le logiciel est aussi capable de détecter les criminels déjà condamnés pour actes sexuels ou autres, et de les surveiller en cas de dérapage.

Après la phase de récolte d’informations sensibles, ces dernières sont remises via un logiciel, au responsable de la sécurité du réseau social qui décidera de l’utilité ou non d’avertir les services de police. Une manière de protéger la vie privée des utilisateurs.

Il faut signaler le fait que Facebook ne se lance pas à l’aveuglette dans une opération qui pourrait lui valoir des procès en masse, puisque remettre des informations concernant les utilisateurs du site est permis par ces derniers, en acceptant la charte du réseau social.

Bien que ce logiciel ait déjà permis d’arrêter un pédophile, le débat reste ouvert quant à sa conformité aux droits des utilisateurs au respect de leur vie privée.
Source: http://www.jam-mag.com/