Les Jeux Olympiques sont particulièrement propices à l’utilisation massive de Twitter. En 140 caractères, on commente, on exulte, on fait part de ses déceptions. Seulement, il y a tellement de Twittos zélés que cela engendre des interférences dans les retransmissions !


La CIO hausse le temps :
Le CIO a décidé de mettre le holà sur l’utilisation abusive des réseaux sociaux, les organisateurs demandent aux spectateurs de se calmer sérieusement. La raison? Une vague de tweets pendant la course de cyclisme sur route a mis à mal la retransmission télévisuelle.

" Les commentateurs de la course de samedi étaient incapables d’informer les téléspectateurs de la distance se trouvant entre le peloton et les échappés, les données ne pouvaient plus circuler via le système GPS de navigation par satellite. "

Mesure de sécurité :
Les organisateurs londoniens craignent que le marathon masculin, féminin et le triathlon subissent le même sort. D’autant plus que les veinards qui usent et abusent du tweet ou statut Facebook, privent les téléspectateurs d’informations capitales. Tout le monde n’a pas la chance d’être sur place, ils déclarent :

" Nous ne comptons pas empêcher les gens d’utiliser les réseaux mais s’ils pouvaient seulement envoyer les mises à jour importantes … " .

Conclusion :
Il risque d’être délicat de différencier les infos dites importantes ou non, chacun verra midi à sa porte … Enfin, on se met à leur place, en voyant la course de Camille Muffat – médaillée d’or sur le 4×100 m nage libre - on a facilement envie de tweeter ses impressions dans la seconde.