L'agence de notation souligne que cette note souveraine, la meilleure qui soit, reflète l'économie hautement diversifiée et compétitive du pays, sa solide position de créancier net et sa tradition de discipline budgétaire.


S&P indique dans un communiqué :

"L'économie allemande a démontré sa capacité à absorber d'importants chocs économiques et financiers, telles la réunification de l'Allemagne de l'Ouest avec l'Allemagne de l'Est dans les années 1990 et la récession mondiale en 2009"
L'Allemagne garde la tète froide :
L'agence Moody's a abaissé le mois dernier de "stable" à "négative" sa perspective sur la note triple A de l'Allemagne ainsi que sur celle des Pays-Bas et du Luxembourg, évoquant la possibilité de voir ces pays supporter l'essentiel du poids d'une éventuelle aide à d'autres États tels que l'Italie et l'Espagne. S&P, qui estime que l'économie allemande est susceptible de ralentir considérablement, anticipe une croissance du produit intérieur brut (PIB) d'environ 1% en 2012 et en 2013, contre plus de 3% au cours des deux dernières années.

Mais l'agence ajoute:

"Cependant, l'Allemagne, de notre point de vue, a contenu la détérioration mieux que certains de ses homologues notés AAA, dont les hausses du déficit ont été plus marquées et pourraient persister beaucoup plus longtemps".
S&P dit s'attendre à un déficit public allemand proche de 1% du PIB cette année ce qui reste dans la norme européenne qui je le rappels de 3%