Le fabricant finlandais de téléphones portables a obtenu 50 millions d'euros de son rival canadien RIM, concepteur du BlackBerry, après avoir soldé leur contentieux sur des brevets, a rapporté, jeudi 3 janvier, le Financial Times. Malgré l'expiration d'une licence, le canadien continuait à employer des technologies de transmission (WLAN) brevetées par Nokia.
L'accord "comprend un montant forfaitaire de 50 millions d'euros, payable en une fois, qui a été enregistré dans l'état consolidé de la société d'exploitation au troisième trimestre", a précisé un document de RIM transmis à l'Autorité américaine des marchés financiers, la Securities and Exchange Commission.

DEUX GROUPES EN DIFFICULTÉ

D'après les analystes cités par le journal, le canadien devra également verser une redevance de 2 à 5 dollars par appareil utilisant la technologie Nokia vendu. Fin décembre, les deux fabricants avaient trouvé un accord commercial sans en révéler les termes financiers.

Nokia, ancien numéro un mondial des téléphones portables, et RIM, ancienne référence dans les smartphones professionnels haut de gamme, tentent tous deux de redresser des parts de marché qui se sont effritées.
Source :