le gouvernement chinois vient d’annoncer qu’il comptait inspecter les ordinateurs de ses administrations publiques. L’objectif de la mesure est de repérer ceux qui utilisent des logiciels sans aucune licence officielle. Cette action coup de poing est le point d’orgue d’une campagne « anti-piratage » menée depuis plusieurs années.
L’opération devrait durer jusqu’en octobre 2011. Cette annonce coïncide avec l’action menée par le géant microsoft contre 10 firmes chinoises accusées de vendre des ordinateurs contenants les logiciels non-officiels déjà pré-installés.
Il faut dire que microsoft a toujours estimé que la chine est un pays dans lequel ses logiciels pirates sont les plus répandus. « il s’agit là d’un problème central pour l’industrie du logiciel qui doit être résolu » explique yu weidong, le responsable de la propriété intellectuelle chez microsoft chine. La business software alliance, estime que 79 % des logiciels utilisés dans le pays n’ont aucune licence officielle…
ce mouvement initié par l’administration générale chinoise peut donc être interprété comme une réponse à la victoire juridique de microsoft devant une cour de shanghai en avril dernier. Un assureur avait enfreint la propriété intellectuelle de microsoft avec des copies illégales de ses logiciels. De même, au mois d’août 2009, quatre personnes du site tomato garden avaient été condamnées pour avoir distribué des versions contrefaites de windows xp.
Par cet acte, le gouvernement chinois tient donc à rappeler qu’il lutte activement contre la contrefaçon et le piratage de logiciels. Pour preuve, l’empire du milieu rappelle qu’entre 2007 et 2009 pas moins de 119 millions de dollars ont été dépensés dans la lutte pour le respect du droit d’auteur.
(s/ clubic)